Archéologie
neuchâteloise

FILTRES

Archéologie neuchâteloise 30

La richesse et la diversité des vestiges mis au jour sur le plateau de Bevaix lors des sondages préalables à la construction de l’autoroute A5 ont incité le Service cantonal d’archéologie de Neuchâtel à y entreprendre une archéologie du paysage visant à mettre en lumière les relations de l’homme avec son environnement naturel. Trentième de la série Archéologie neuchâteloise, la présente monographie montre ainsi quel fut l’impact anthropique, durant les cinq derniers millénaires, sur ces quelque 30 km2 touchant notamment les communes de Bevaix, Cortaillod et Boudry. En effet, ces terres ont fait l’objet d’aménagements dès le Néolithique moyen, puisque habiter un endroit, c’est le travailler, le façonner de manière à en exploiter au mieux les potentialités. Si les vestiges historiques et préhistoriques s’oblitèrent chaque jour davantage sous la pression du monde moderne, nombre d’entre eux demeurent cependant, prêts à livrer leurs témoignages. Ainsi, un bloc erratique, un accident du relief, un toponyme, une anomalie dans la disposition des parcelles du 18e siècle révéleront un mégalithe, un tumulus arasé, un carrefour hérité de l’Antiquité, l’emplacement d’un village médiéval disparu… De même, les limites des communes, les lieux-dits, les chemins et les cours d’eau, également dépositaires de l’histoire du terroir, deviennent éloquents pour peu qu’on les interroge.

Cet ouvrage se veut donc la synthèse de trois lectures interdépendantes.

1 – Un bilan des découvertes réalisées sur le plateau de Bevaix et le delta de l’Areuse rend une plus juste place à certaines périodes sous-représentées jusqu’alors dans la région. C’est ainsi, par exemple, que les sites de l’âge du Fer s’avèrent quatre fois plus nombreux qu’on ne le supposait avant la percée de l’autoroute.

2 – L’examen des plans anciens de Cortaillod et de Bevaix, leur confrontation constante avec les archives et l’étude de la toponymie permettent d’identifier certaines survivances de la cadastration romaine, telle la localisation des villages eux-mêmes sur des axes parallèles distants de 710 m, ou la délimitation par la Vy d’Etra de la zone centuriée côté Jura.

3 – Le relevé par prospection pédestre des eaux de surface et de profondeur, des gisements minéralogiques, des carrières, des blocs erratiques ainsi que des mégalithes et des pierres à cupules, puis leur localisation géographique précise sur la carte au 1/10 000e, mettent en exergue les critères qui ont conditionné, dès le Néolithique moyen, une implantation humaine dans la région. Dans le même ordre d’idées sont également évoqués les défrichements, l’assainissement des zones marécageuses et l’évolution de l’agriculture aux siècles passés.

Annette Combe et Julie Rieder

Plateau de Bevaix, 1. Pour une première approche archéologique : cadastres anciens et géoressources

avec les contributions de Béat Arnold, Alexander von Burg, Jean-Michel Leuvrey, Martine Paratte Jaimes et Patrick Schoellammer

Paru en 2004

334 pages, 240 figures, 9 plans en quadrichromie sous pochette
ISBN 2-940347-26-3

Livre – CHF 60.00